Titi titi…

.

Évoquer son prénom est toujours douloureux

Même si j’ai admis qu’il est moins malheureux

Il me faudra du temps pour tarir la douleur

Que son départ soudain a laissé dans mon cœur

 .

Pour toujours il sera l’absent de nos rencontres

Je ne veux l’oublier ou le voir disparaître

Et nous aurons toujours plaisir à l’évoquer

Et faire ainsi revivre nos plus belles pensées

 .

Il me reste à présent photos et souvenirs

Pour tuer mon chagrin mais aussi retenir

Qu’il laisse pour toujours la place de l’ainé

Et personne ne pourra jamais le remplacer

 .

Il me manque tellement souvent je pense à lui

Cette pensée sera en moi toute ma vie

Nous aurions pu encore partager tant de choses

Mais pour lui je ne dois avoir l’air morose.

 .

                                               Leny.

 

 

Prise de conscience

 

Elle est pour moi ma raison d’exister

Vivre sans elle je n’oserais y penser

Que je lui plaise

Dans tous ces rêves

 

Elle a pour moi de nobles sentiments

Et son amour le vis discrètement

Peu expressive

Et si pensive

 

Mais attention je dois faire assurément

Pour que jamais il n’en soit autrement

Rien n’est acquis

Dans la vie

 

Au quotidien être attentionné

Et faire briller mes plus tendres pensées

C’est mon devoir

Empli d’espoir

 

Elle a pour moi Le geste protecteur

De celui pour qui l’on veut que du bonheur

En prendre conscience

En toute confiance

 

Je dois faire cas de cette sincérité

En effet jamais je ne dois en douter

Être clairvoyant

Et reconnaissant

 

Elle est l’élue je formule le souhait

Que près de moi elle y soit à jamais

Ma petite fée

A tout jamais.

        Leny

A la Faute

Depuis bien des années nous venons à la Faute

Excepté cette année qu’il a fallut qu’on saute

C’est toujours un plaisir d’y être accueilli

Et d’y passer des jours en votre compagnie

 

Notre arrivée pourtant bouscule votre confort

Mais vous vous adaptez sans compter vos efforts

On essaye en effet de ne pas envahir

Cet espace qui pour vous est un lieu de loisirs

 

C’est avec votre accord que j’y laisse un vélo

Qui m’aide quelque peu à perdre des kilos

Mais je tiens en effet à vous en remercier

Car il m’aide surtout à mieux me déplacer

 

La Faute est pour nous un lieu où l’on revient

Car je crois simplement que nous y sommes bien

En avril c’est parfois l’endroit où l’on se r

Afin de faire une pause c’est vrai que l’on respire

 

Cette année est pour vous un peu plus compliquée

Car vous avez été beaucoup plus fatigués

Il semble qu’à présent les choses aillent mieux

Et ainsi vous pourrez revenir en ce lieu

 

Ma mamie mon papi vous êtes devenus

Après toutes ces années où nous nous sommes revus

Pour moi qui ai perdu depuis longtemps les miens

C’est un joli cadeau que mon épouse ait les siens

 

Recevez de ma part ces quelques mots sincères

En souhaitant vous revoir en forme je l’espère

Je vous dis à bientôt et prenez soin de vous

Car comme vous le savez c’est important pour nous.

 

Leny.

Les joies des transports

.

Le plancher vibre à nouveau nous sommes repartis

Mais ce qui fait défaut c’est l’espace imparti

En effet je ne peux supporter plus encore

Ces gens si près de moi on dirait qu’ils m’adorent

.

Cette promiscuité m’oblige à inhaler

Des odeurs que jamais je ne voudrais qualifier

Mais qui ont le pouvoir de vous dire que certains

Ne passent pas leur nuits dans leurs salles de bains

.

Il me faut de surcroît tolérer le volume

Des plus incommodants qui comme de coutume

Livrent leur verbiage en agitant le bec

Silence je demande et s’arrêtent aussi sec

 .

Pour couronner le tout il faut imaginer

Que la température ici doit approcher

Celle qui dans une serre permet de voir fleurir

Des plantes qu’ici même ne pourraient que mourir

 .

Pour bien apprécier les joies de ce trajet

Je vous invite donc un jour à le partager

Pour cela vous devrez quitter vos belles planques

Afin que ce voyage à jamais ne vous manque.

                 Leny.

Aux Aigladines

.

Charmant petit logis dans la forêt blotti

Une petite maison digne d’une chanson

Perdue elle est juchée au cœur des châtaigniers

Érigée dans le bois elle masque son minois

 .

Mais pointe son museau à deux pas du cours d’eau

Où l’été il est bon de faire des plongeons

Prendre un bain de soleil, faire un petit sommeil

Mais peu d’ombre ne siège et la chaleur te piège

 .

Les heureux retraités vivent ici en paix

De la ville sont partis pour s’installer ici

Vivre en pleine nature accepter la coupure

Et sont les résidents de ce lieu si charmant

.

Simone me reconnaît quand je fais un arrêt

Toujours très avenante avec moi elle plaisante

Henry est plus discret même s’il me remet

Pour ce petit retour me laisse faire un tour

 .

Les souvenirs sont là à chacun de mes pas

Tant j’y ai partagé des heures privilégiées

Ce beau petit endroit fera toujours pour moi

L’objet d’une pensée je ne veux l’oublier.

 .

Leny.

Les résultats

Les résultats sont là on ne peut les nier

Et ils ont le mérite de nous interpeller

Passé le camouflet il faut sérieusement

Entendre ce courant qui grossit durement.

On est tous bien conscients que sur le noyau dur

Se greffent bien d’autres gens désemparés c’est sur

Qui par cet acte là renforcent un peu plus

Les rangs de ceux porteurs d’un malheureux virus.

Pour eux rien n’est possible il est inoculé

Pas d antidote actif qui puisse les raisonner

Les protestataires par contre doivent se ressaisir

Afin qu’ainsi ensemble on repense l’avenir.

Comment cette couleur peut susciter l’espoir

Agitant le chiffon rouge en guise d’attisoir 

Repli et protection ses plus belles pensées

Là où d’autres imaginent plus de fraternité.

Que ceux qui nous dirigent agissent promptement

Il faut des résultats nous n’avons plus de temps

Afin que la devise de notre beau pays

Soit toujours honorée ne soit jamais ternie.

                       Leny.

Mon école

.

Qu’est devenue l’école celle dont je suis fier

Celle pour qui respect était une valeur

Celle qui apprenait à compter et à lire

Nous armant pour une vie difficile à présent

.

Aujourd’hui bafouée je reste un peu amer

On l’accuse et la juge de toutes les noirceurs

D’un système éprouvé qui n’a plus rien à dire

N’ayant su s’adapter aux contraintes du temps

.

Elle n’en garde pas moins comme elle le fut hier

Un lieu d’apprentissage qui n’était que bonheur

Où l’on t’évaluer n’ayant pas peur des dires

Te donnant une note contestée maintenant

.

Pour les uns le danger serait de niveler

La théorie du genre causerait un malheur

Pour d’autres elle ne doit s’en tenir à prescrire

Qu’écrire et compter selon ses fondements.

.

Il est sûr qu’aujourd’hui l’école doit changer

S’adapter et comprendre l’évolution des mœurs

Le niveau est en baisse on peut craindre le pire

Si l’on ne réagit pas et ce rapidement.

Les migrants

.
Ils quittent leurs pays et laissent derrière eux
La terre où ils sont nés avec leurs souvenirs
C'est un choix difficile mais qui s'impose à eux
La guerre au quotidien n'est pas un avenir
.
Ayant fuis la terreur ces pauvres oubliés
Se mettent donc en quête d'une terre d'asile
Et c'est très compliqué de vouloir intégrer
Un pays qui rendrait leur vie moins difficile
.
On les voit affluer telle une marée humaine
Seulement quelques milliers arrivent à nos portes
Nous prient de les ouvrir les accueillir sans haine
Et rendre plus humain le soutien qu'on apporte
.
Difficile de les voir dans leur situation
Ils ont pourtant l'espoir de lendemains meilleurs
Mais est on disposés à une telle option
Les plus frileux les voient comme des envahisseurs
.
Ce tout petit garçon échoué sur une plage
Est la sordide vision d'un monde évolué
Accueillons dignement au cœur de nos villages
Ces familles perdues pour les y intégrer
.
Pour l'heure quelques milliers mêlés à nos millions
C'est une main tendue aux plus nécessiteux
Qui n'ont pas fait le choix de leur situation
Eux qui comptent sur nous qui sommes plus chanceux.
.
Le cas est complexe faut pas être benêt
On ne peut accueillir la misère du monde
Mais plutôt réfléchir et mieux se concerter
Pour enfin appliquer des mesures fécondes
.
                   Leny.

 

La bienveillance

.

Dans les rapports humains il est impératif
De veiller à rester toujours très attentif
Au respect mutuel dans toutes discussions
Pour ainsi établir une saine relation

.

Si tel n’est pas le cas il faudra observer
Beaucoup de retenue et ne jamais céder
A la provocation qui peut toujours surgir
Pour déstabiliser et vous faire bondir

.

Tout ne peut être dit nous devons maîtriser
Les mots ainsi choisis pour pouvoir converser
Afin que cela reste audible pour nous tous
Et ne jamais froisser ni causer de remous

.

Cette bienveillance reste une qualité
Que certains d’entre nous ne semblent observer
En toutes circonstances restez donc vigilants
Les plus vindicatifs seront les grands perdants

 .

Leny.

 

Regard azur

 

 

M amie elle est pour nous celle qui a ces yeux

A ussi doux et charmants donnant ce regard bleu

M ême si quelques fois c’est en fronçant les deux

I ntriguée ou expressive qu’elle fait un aveu

E mplie d’une conviction qui perturbe le jeu

 

O ui elle fut très belle avec pareils cheveux

D otée naturellement d’un regard qui émeu

E lle qui sait être aussi un cordon bleu

T e surprendras peut être en effet elle peut

T e faire la vie belle ou bien te mettre hors jeu

E t te présentera ses vues avec sérieux

 

M ême si d’un trait d’humour elle te colle au pieu

A nime le repas racontant sacre bleu

M ême encore une fois l’histoire d’un merdeux

I ndigne de tels actes ou le trouvant piteux

E lle saura te quitter d’un regard sourcilleux.

                                                       Leny.

l’usine

.

Après bien de longs mois il reprend le travail

Et c’est avec courage qu’il ouvre ses yeux clos

Car l’usine n’attend pas emballe ses biscuits

A l’heure où nous dormons dans les bras de Morphée

 

Il est un lève tôt ce n’est pas un détail

Il est donc plus facile de s’extraire du lot

Se mettre en condition et partir dans la nuit

Pour embaucher à l’heure commencer à bosser

 

Tâches qui se répètent pour retour au bercail

Marner quatre heures durant et stopper tout palot

Puis quatre heures de plus pour finir un peu cuit

Sa journée de labeur durement méritée

 

Et quelle humilité pour rester dans le rail

Après avoir œuvré en noble camelot

Et connaitre le prix de marchés bien conquis

Une remise en cause se doit d’être opérée

 

A présent il lui faut pour tenir le gouvernail

Que sa santé lui laisse en digne matelot

Pouvoir tenir la barre et rester réjoui

Du cap ainsi franchi mais dur à encaisser

 

Petit frère il aura dans tout son éventail

Appréhendé aussi dans ce denier boulot

La dure condition de ceux qui moins instruits

Travaillent durement pour gagner leurs journées.

 .

Leny.

Baptiste

.

Baptiste, c’est le joker un peu comme au poker

Quand la chance sourit au moment de la partie

Où tu t’attends le moins à faire une belle main

Et peux faire le vœu de remporter le jeu

 .

Un ballon d’oxygène quand nous perdions haleine

Est venu apporter beaucoup de sérénité

Au sein de l’unité qui perdait un peu pied

Vite opérationnel c’était un peu noël

 .

Un gars fort sympathique doublé d’une dynamique

Dont nous avions besoin vous êtes tous témoin

Et nous a apporté avec sa volonté

Sa solution pratique à un moment critique

 .

Facile à côtoyer sait aussi te chambrer

Fait l’unanimité au sein de l’unité

Et même si parfois les piques qu’il t’envoie

Font qu’en même un peu mal il reste très cordial

 .

Baptiste il est boosté car il peut avaler

Quantité de travail sans faire de détail

Il ne se plaint jamais oui mais comment il fait

Certainement son age confère cet avantage

 .

Avec lui nous avions tous deux la même passion

Celle d’apprécier sans jamais abuser

Un breuvage divin oui j’ai nommé le vin

Et avons échangé sur cette affinité

 .

Je parle au passé tu nous a pas quitté

Pourtant prochainement un juste événement

Fera que ton CDD deviendra CDI

Oui car c’est bien pour ça que tu nous quitteras

 .

Un terrible concurrent te propose à présent

De rejoindre ces rangs pour faire maintenant

Des projets dans ta vie divine embellie

Et a su croire en toi nous savons tous pourquoi

 .

Bonne chance pour l’avenir où tu pourras bâtir

un projet ambitieux et n’être plus soucieux

A présent tu mérites et ce à plus d’un titre

Qu’on te prenne au sérieux et ton choix est précieux.

.

Leny.

Quoi de neuf docteur ?

.
Elle a cette compétence qui fait la différence
Et une humilité qui suscite le respect
Dotée de ce savoir qui crée chez nous l’espoir
A cette gentillesse ma noble doctoresse  
.
Mais pour la côtoyer il faut que ta santé
Ou plutôt tes neurones car c’est bien cette zone
Soient un peu perturbées pour que son beau métier
Puisse te donner l’espoir d’un avenir moins noir
.
Elle semble maîtriser là où ont échoué
Ses confrères brillants pas toujours compétents
Et prends aussi le temps avec son propre accent
De t’expliquer les choses  en noble virtuose
.
Mais tout son savoir résonne avec l'espoir 
que ma vie s'améliore il faut y croire encore
mon destin est lié et ceci de très près
à cette digne personne qui sans cesse raisonne.
.
Leny.

Une certitude

 

 

La bonne éducation est celle que tu as reçue, elle fait pourtant défaut à ceux qui

la réprouve.

Leny.®

Espoir

.

Elle a bénéficié des mêmes attentions

Que sa sœur plus grande en guise d’éducation

Je vais pas faire la liste ici une liste détaillée

De la contribution que j’ai pu apporter

Je n’ai jamais rien fait pour remplacer le père

Sinon en la matière je la jugerai sévère

.

Des règles de conduite ont été dispensées

Afin qu’elle se comporte bien dans la société

Un bien triste constat que je fais à présent

En constatant le fruit de son comportement

Tout n’est que non respect envers nous ces aînés

La colère monte en moi elle m’a excédé

.

Petite je savais que plus tard ce serait

Un être difficile à bien canaliser

D’un tempérament vif elle piquait des colères

Qui moi me sidéraient tant elles étaient sévères

Elle me fait l’effet d’une cocotte sous pression

Qui jamais ne libère le poids de ses tensions

.

Elle a pris le parti de bien les imiter

Les mômes qui causent ainsi au cœur de nos cités

Car ceux qu’elle critique le plus sévèrement

Elle leur ressemble tant par ses agissements

A croire qu’elle peut choisir dans son imitation

Les gestes qui peuvent être digne de reproduction

.

Pour clore le tableau je ne peux qu’espérer

Que son intelligence puisse la rattraper

Avant quelle n’est n’ai eu le petit mot de trop

Qui pour moi deviendrait un peu la goutte d’eau

Puisse t-elle être guidée par un juste raisonnement

Et retrouver ainsi le bon comportement.

 Leny.

La vieillesse

.

Elle va un peu mieux c’est une chose avérée
Sans que ce soit facile mais avec volonté
Pour nous c’est un élan et une forme de répit
La voir communiquer, retrouver l’appétit

.

Petit à petit elle reprends goût aux choses
Cet un nouvel espoir car elle est moins morose
Ça nous fait chaud au cœur de la sentir ainsi
D’une certaine façon reprend en mains la vie

.

Je m’emballe un peu vite les progrès sont timides
Il faut raison garder et rester très lucides
Regarder la télé ou un peu de lecture
Ses seules occupations qui pourtant nous rassurent

.

Il faut dire que de loin elle revient peu à peu
Et nous c’est tour à tour bien conscient de l’enjeu
Que nous l’accompagnons et ainsi tous les quatre
Chacun à notre façon demeurons opiniâtres.

Leny.

Dire et écrire

.

Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.

Proverbe chinois.

.

Donne un masque à un homme et il te dira la vérité.

.

L’ennui est le fruit d’un esprit dépourvu d’imagination.

.

 La bonne éducation est celle que tu as reçue, elle fait pourtant défaut à ceux qui la réprouve.

Leny.

                   .

On mesure réellement l’inestimable valeur de sa bonne santé que lorsque celle ci vient à être altérée.

                                              Leny.

              .

                L’amour te fait perdre le contrôle, mais la force qu’il te procure ne peut être égalée.                        
             Leny.

 .

                       RACISME : « - AS-TU LE VIRUS ? »

                               anonyme.

                .  

Celui qui sourit au lieu de s’emporter est toujours le plus fort.

                                                        .     

La loi protège la foi tant que le foi ne fait pas la loi.

                                . 

La fraternité a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence.

                                Albert JACQUARD.

.    

L’ange qu ‘on a aimé jusqu’à la folie, devient parfois, un diable que l’on déteste.

                        Érasme.

 .

  Toi qui peux jouir d’un doux sommeil, pense à ceux que la douleur empêche de dormir.

                       Proverbe persan.

 .

   Si tu l’as rêvé tu peux le faire.

                                          Disney.

.

La méchanceté est une chose gratuite qui fait souvent défaut aux plus nécessiteux.

Leny.

Divine

 

Ses longs cheveux blonds ondulent dans sa nuque

Et des traits fins lui font un visage angélique

Doux et bouclés ornés d’un beau tressage

Lui confèrent une coiffure sauvage

.

Le clair de ses yeux verts forment des amandes

subliment sa beauté sont une belle offrande

Son visage parfait sa bouche sensuelle

N’a d’égal que le trait fin d’une aquarelle

 .

Elle qui te enterait si tu la croisais
Dans les bras de personne elle est allongée

Elle a apprivoisé sa douce solitude

Vit sereine et se repose en toute quiétude

.

Elle n’a rien a faire dans ta vie organisée
Ses yeux inspirent l’amour dans tes pensées

Mais les siennes lointaines sont bien ailleurs

Elle qui te méduse et se refuse d’ailleurs

.

Et pourtant cette enveloppe charnelle

N’en reste pas moins divine mortelle

Elle que la nature a pourtant sublimée

Ne sait peut être pas, oui, simplement aimer

 .

Une femme tout simplement, t’attire

T’arrache au quotidien que tu négliges

Te fait rêver et de si loin tu l’entends

Sans savoir pourquoi mais cause ton tourment.

Leny.

 

Les Cévennes


.

Du creux de tes vallées à tes monts escarpés

De l’hiver qui s’annonce à ta chaleur d’été

De ce que j’en connais pour l’avoir admiré

Je vous décris ici avec une grande fierté

Les Cévennes

.

A ton relief boisé qui orne le paysage

De tes petits ruisseaux au gardon Alésien

Tu transmets sobrement ce joli découpage

Et ces belles odeurs que l’on te connaît bien

Les Cévennes

.

Cet écrin de nature en notre beau pays

Aux habitants perdus dans ton immensité

Et qui traduisent encore cette belle volonté

De vivre simplement dans le creux de ton lit

Les Cévennes

.

Pays de ces mineurs au temps de mon enfance

Des valeurs de la terre que tu nous a transmises

Pays où je grandis le respect est de mise

Pays où je reviens par étrange attirance

Les Cévennes

.

Tu livres aux touristes l’éclat de ta beauté

C’est un enchantement qu’ils peuvent admirer

Ils savent apprécier toute ces vérités

Et reviendrons demain fouler tes beaux sentiers

Les Cévennes

.

Cévenols soyez fiers de votre bel accent

Témoignage d’un pays aux si nobles valeurs

Il sera à jamais le sceau de nous vivants

Ce bel accent chantant pour toujours en nos cœurs

Les Cévennes.

                          Leny.

une pensée pour eux

.

Je fis la connaissance il y a quelques années

d’un couple de retraités qui venait de subir

cette tragique épreuve d’un caprice météo

qui les avait privé de leur habitation

 .

je garde en mémoire leurs yeux qui traduisaient

toute cette douleur qu’il leur faudrait guérir

et n’eus pour seule réponse à ce poignant tableau

que de tendre la main en signe d’attention

 .

Ce sont des choses simples que j’ai pu proposer

mais j’ai senti chez eux qu’ils étaient réceptifs

et c’est modestement par de petits boulots

que j’ai pu être actif dans la situation

 .

C’est ainsi que naquit notre récente amitié

je reste envers eux toujours admiratif

du courage qu’ils ont eu à gérer ce fardeau

regagner leur logis après réparations

 .

Devenu mon copain il reste mon aîné

petit homme aux yeux clairs au regard doux et vif

qu’une sensibilité rendant encore plus beau

fait de lui un senior digne d’admiration

 .

Son épouse n’est pas moins emplie de qualités

toujours bien apprêtée et l’esprit inventif

il forme à eux deux un si joli duo

que je garde pour eux une sincère affection

 .

Une petite visite en guise d’amitié

sera toujours pour moi le geste expressif

du respect ressenti et restant tout penaud

lorsque ROMAN me compta l’odieuse invasion.

 .

Leny,

Les préférées de papa


Belle fleur ou même en bouton

elle a toute mon admiration

quelle soit rouge ou d’autre couleur

je lui trouve cette candeur

elle est pour moi à nulle autre pareille

on offre en bouquet une telle merveille

Mais le temps l’aura vite fanée

dans son vase où elle resplendie

en effet ses jours sont comptés

car elle sera vite défraichie

Alors je vous le dis tout bas

couper sa queue elle durera

Si vous souhaitez lui faire plaisir

elle est le suprême élixir

là où d’autres sont timorées

elle fait l’unanimité

vous ne devez pas subir l’influence

et faire votre choix dans l’indépendance

cependant vous y reviendrez

à ce choix afin de l’offrir

et elle restera bouche bée

un sésame pour la ravir

Aussi je vous dis tout cela

changer son eau elle aimera

Quand je la vois parmi ses consœurs

elle a toute cette splendeur

elle détrône sans autre prétention

la plus belle composition

Je veux simplement dire qu’elles n’ont pas de chance

que cette jolie fleur créée cette concurrence

mais elles pourront trouver preneur

là alors il leur restera

si la rose a fait un malheur

un espoir qu’on les choisira

tout le monde ne pense pas comme moi

mais je m’en fou j’ai fait mon choix

Pas besoin d’en dire beaucoup plus

pour savoir que je suis convaincu

si je la trouve toujours à mon goût

elle prime par dessus tout

je sais cependant qu’acquise en grand nombre

c’est bien la finance qui lui fait de l’ombre

mais quand on offre on ne compte pas

cela fait tout de même réfléchir

cette logique ne s’applique pas

convaincu de lui faire plaisir

Aussi ne vous y trompez pas

elle est unique choisissez là.

                                          Leny.

Voilà c’est fini

C’est ainsi que s’achève ce qui a commencé

Et la vie m’a appris à n’avoir de regrets

Car désormais les choses je les vis au présent

Et regarde toujours ce qu’il y a devant

 

Ici j’ai partagé d’agréables moments

Avec des êtres qui l’ont été tout autant

Ce qui enrichira mes précieux souvenirs

Et me fera peut être un jour y revenir

               

Triste je ne le suis ni même ému non plus

Mais heureux avant tout de ce que j’ai vécu

Retrouver des amis m’en faire de nouveaux

Et pour moi de la vie un merveilleux cadeau

 

Vivre l’instant présent est ma philosophie

Car nul ne peut savoir ce que sera sa vie

Ce qui fait que pour moi savourer le présent

Est à mes yeux de loin ce qui est important

               

Oui des photos j’ai pris et que de souvenirs

Mais c’est plus du partage que je vais m’enrichir

Et pour cela je tiens à vous remercier

Vous autres qui avec moi avez su échanger

 

Vous l’avez donc compris je rentre à présent

le cœur empli de joie des merveilleux instants

Qui composent déjà ce tout récent passé

Et feront que jamais je ne les oublierai


Pensant à l’avenir je serai très heureux 

Ces belles tranches de vie de les revivre un peu

Avec ceux d’entre vous qui par affinité

Ont fait que nos chemins ont pu se rapprocher.

                                         

                                       Leny.

Tonton R

 .

Il est parfois des gens et qui a tout jamais

Laisse chez vous l’envie et pour l’éternité

De vouloir composer avec eux l’avenir

Faisant ainsi partie des êtres à chérir

 

Ils ont toujours pour vous cette pensée bienveillante

S’enquièrent de votre état pas comme une passante

Ont en effet pour vous une bonne pensée

N’ayant jamais un mot qui puisse vous blesser

 

Il me l’a présenté ce copain bon vivant

Très vite j’ai compris ce qui le rend attachant

Empli de sincérité et de cette loyauté

J’ai lié avec lui une profonde amitié

 

On le qualifie « oncle » notre super ami

Quelqu’un qui sera là si un jour dans ma vie

J’ai recours à son aide pour toujours avancer

Et ça c’est une chose dont je ne peux douter

 

Il l’a prouvé cent fois par son seul naturel

Généreux altruiste sur ce je suis formel

Cet être avenant qui cause même aux pierres

A pour moi une conduite dont il peut être fier

 

Je ne le nommerai pas et resterai discret

L’inviterai plutôt à lire ces couplets

Auquel je mets un terme qui reste un peu forcé

Tant j’aurai bien voulu poursuivre ma pensée.

 

 Leny

 

Passionné

.

j’ai fait une rencontre qui mérite tout de même

que je vous livre ici quelques traits d’elle même

.

il a cette patience que les autres n’ont pas

possède sa technique j’en suis aux premiers pas

il est toujours d’un calme me rendant plus actif

fait preuve d’ attention autant que moi pensif

.

maîtrise son sujet pas comme un débutant

sait être tolérant lorsque je suis cinglant

il a cette clémence mais pas celle du juge

toujours il t’encourage mais jamais ne te juge

.

pour lui tout est possible invitant le travail

te donne du plaisir il n’y a que ça qui vaille

n’est pas toujours d’accord n’en prend jamais ombrage

mais reste convainquant à la façon d’un sage

.

oui il a en effet ces nobles qualités

qui inspire pour moi le plus profond respect

restant d’une discrétion qui couronne le tableau

je reste un peu jaloux d’un si joli fardeau.

 

                                 Leny.

Le mineur

 

Il est un petit homme qui mérite le respect

Dès l’âge de quatorze ans son métier l’appelait

Et pendant trente années il ne vit que le noir

Du trou au fond duquel il faisait son devoir.

 

Ses mains fortes calleuses traduisaient le travail

Il maniait la pioche faisant pas de détail,

Travaillait à la tâche, extrayait le charbon,

Je ne peux l’évoquer non sans une émotion.

 

Lorsque j’étais enfant j’adorais écouter

Les récits qu’il faisait de ses dures journées

Et j’ouvrais grands les yeux restant admiratif

De mon oncle Jeannot ce mineur expressif.

 

Un coup de pioche un jour il aurait bien porté,

A l’ingénieur tenant des propos déplacés

Allant jusqu’à oser le traiter de feignant

Lui qui depuis l’matin besognait ardemment

 

C’était nu qu’il œuvrait, ne pouvant supporter

Sur lui de vêtements faisant que le gêner.

Dans les tailles il régnait une chaleur d’enfer

Mais de telles conditions ne le laissaient amer.

 

Un coup de toit faisait que le danger frappait

Non loin de lui peut être, la galerie d’à coté

Le grisou était là et c’est donc sagement

Qu’il cherchait un abri pour attendre prudemment.

 

Je garde de ces récits le plus beau souvenir,

Regrettant qu’il n’ait pu avec moi accomplir,

Une ultime descente dans le puits et m’offrir

Un visite guidée pour ne plus revenir.

                                        Leny.

 

                  

123
 

My way with words |
Myblogmag |
Lejardinderoncesdecandy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les poèmes de Suzon
| atout voyance
| Clausd