Les larmes

Des larmes coulent de tes yeux bleus

Es-tu triste ou encore malheureux

Est-ce le bonheur ou plutôt la peine

Qui te font ce regard embué

 

Ton doux visage s’est figé

A la pensée d’un être aimé et adoré

Aussi il ne reste plus que de toi

Ce beau sourire d’autrefois

 

Pleure pleure libère ta peine

Pleure pleure c’est ton cœur qui saigne

Pleure pleure et libère tes veines

Pleure car c’est ton cœur qui saigne saigne

 

Tu ressens ce lourd chagrin

Qui est trop lourd à porter au quotidien

Il te rend triste à mourir

Pour une histoire qui ne pouvait que finir, que finir

 

Aujourd’hui il ne faut plus y croire

Et n’avoir en tête qu’un seul espoir

Celui de faire que peut-être et oui peut être

Un jour enfin tu pourras mieux être

 

Pleure pleure libère ta peine

Pleure pleure c’est ton cœur qui saigne

Pleure pleure et libère tes veines

Pleure car c’est ton cœur qui saigne saigne

                                                                                   Leny.

Trimais, Trimes, trimeras pas

.

Tu trimes tout les jours pour essayer de gagner du blé

Tu de défonces en huit pour faire vivre ton foyer

Ne te contente plus de cette bonne volonté

A présent il te faut pratiquer l’illégalité

.

En effet le trafic peut te sortir de la mouise

C’est la seule voie qu’il te reste qui peut te sauver la mise

N’ai plus peur à présent de faire péter les balises

Revivre dignement restera ta seule voie permise

 .

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

 .

Notre putain de monde fabrique tout ces maudits

Tout ceux dont le boulot ne permet plus une vie

Le sérieux ne suffit plus à s’assurer de l’envie

D’être de bons acteurs dans ce pays de pourris

 .

Tu as pourtant grandit avec de nobles valeurs

Que tu t’efforces de suivre font à présent ton malheur

Crache rapidement toutes tes maudites peurs

Seulement tu pourras retrouver un vrai bonheur

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

.

N’ai que la rage au ventre pour sillonner ton chemin

Elle seule pourra modifier ton destin

La guerre ils l’ont voulu alors devient fantassin

Qu’ils prennent enfin conscience que tu n’es plus leur larbin

 .

Tu dois lire la frayeur au plus profond de leur yeux

Sans quoi ils continuerons à user du double jeu

T’exploiterons toujours car c’est ce qu’ils font de mieux

Arrache leurs tuniques terrorise tous ces lépreux

 .

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

                     Leny.

Virile

.

Claquent les pots de ta bécane
Lorsque tu la démarres dans ce matin brumeux
rêve d’une vie tu la montes
Rapidement elle s’embrase et ses chromes illuminent
les jours ternes et moroses
d’un quotidien difficile
…difficile

Légendaire c’est vrai elle l’est
Née à Millwakee c’est ici que tu la maitrises
Cette bête d’acier surdimensionnée
la température du twin qui colore ses coudes
de cette machine qui avale
de ses roues le bitume
…le bitume

Très spécial le claquement de son V
Faite pour la frime que pourtant tu méprises
la chevaucher virilement
est la marque des mecs à la corde des lois
de cet engin qui fait naitre
par son jeu le respect
…le respect

Petit gars tu en étais déjà fan
cette marque mythique qui à elle seule te comble
fait qu’un jour si tu l’a possédée
est pour toi à présent un rêve achevé
de cette moto qui suscite
à elle seule la fierté
…la fierté.

  Leny.

Tremblements

®

Un claquement sourd qui résonne

Elle se rapprochera

Comme le train sur la voie fonce

Amateur tu l’entendras

 ®

Le jour sonne des tremblements

Sur la ville encore endormie

Le vacarme dans le néant

Comme le fracas des éboulis

Au petit jour ce bruit détonne

Dans le silence du matin

Pas de ton pour lui répondre

Pas de vent l’emportant loin

Ce matin elle vous appelle

Son grand cri qui vous retient

D’un son caractéristique

Qu’elle propulse de si loin

Et puis plus rien le silence

Le calme a tout envahi

La journée qui se prépare

Et s’annonce de ses bruits

 ®

Un moteur lourd qui s’annonce

Cet engin tu admireras

Non sans raison il t’emporte

Admirateur tu le suivras.

®                        

Leny.

le vent

.

Tu es là mais on ne te voie pas

le bruit dehors témoigne de tes pas

ton existence reste invisible

mais tes signes eux font bouger leurs cibles

.

Tu es là et tout bouge avec toi

tes effets qui font grincer nos bois

ta force tu la tiens secrète

pourtant elle nous fait courber la tête

.

souffle et souffle violemment

souffle souffle par tout les temps

siffle et siffle bruyamment

siffle siffle tu deviens gênant

.

Ta fougue sait les faire tourner

ces hélices qui fleurissent nos près

une verrue dans le paysage

faisons que demain on stoppe ce carnage

.

Tu sais aussi prendre soin d’eux

une brise légère qui peut les rendre mieux

vertu qui sait être apaisante

te change pour eux en âme bienveillante

.

souffle et souffle modérément

souffle souffle prenant ton temps

frôlé et frôle divinement

frôle frôle tu deviens plaisant..

                            Leny.

 

My way with words |
Myblogmag |
Lejardinderoncesdecandy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les poèmes de Suzon
| atout voyance
| Clausd