La joie des transports

.

Le plancher vibre à nouveau nous sommes repartis

Mais ce qui fait défaut c’est l’espace imparti

En effet je ne peux supporter plus encore

Ces gens si près de moi on dirait qu’ils m’adorent

.

Cette promiscuité m’oblige à inhaler

Des odeurs que jamais je ne voudrais qualifier

Mais qui ont le pouvoir de vous dire que certains

Ne passent pas leur nuits dans leurs salles de bains

.

Il me faut de surcroît tolérer le volume

Des plus incommodants qui comme de coutume

Livrent leur verbiage en agitant le bec

Silence je demande et s’arrêtent aussi sec

 .

Pour couronner le tout il faut imaginer

Que la température ici doit approcher

Celle qui dans une serre permet de voir fleurir

Des plantes qu’ici même ne pourraient que mourir

 .

Pour bien apprécier les joies de ce trajet

Je vous invite donc un jour à le partager

Pour cela vous devrez quitter vos belles planques

Afin que ce voyage à jamais ne vous manque.

                 Leny.

Les résultats

.

Les résultats sont là on ne peut les nier

Et ils ont le mérite de nous interpeller

Passé le camouflet il faut sérieusement

Entendre ce courant qui grossit durement.

.

On est tous bien conscients que sur le noyau dur

Se greffent bien d’autres gens désemparés c’est sur

Qui par cet acte là renforcent un peu plus

Les rangs de ceux porteurs d’un malheureux virus.

.

Pour eux rien n’est possible il est inoculé

Pas d antidote actif qui puisse les raisonner

Les protestataires par contre doivent se ressaisir

Afin qu’ainsi ensemble on repense l’avenir.

.

Comment cette couleur peut susciter l’espoir

Agitant le chiffon rouge en guise d’attisoir 

Repli et protection ses plus belles pensées

Là où d’autres imaginent plus de fraternité.

.

Que ceux qui nous dirigent agissent promptement

Il faut des résultats nous n’avons plus de temps

Afin que la devise de notre beau pays

Soit toujours honorée ne soit jamais ternie.

                       Leny.

Mon école

.

Qu’est devenue l’école celle dont je suis fier

Celle pour qui respect était une valeur

Celle qui apprenait à compter et à lire

Nous armant pour une vie difficile à présent

.

Aujourd’hui bafouée je reste un peu amer

On l’accuse et la juge de toutes les noirceurs

D’un système éprouvé qui n’a plus rien à dire

N’ayant su s’adapter aux contraintes du temps

.

Elle n’en garde pas moins comme elle le fut hier

Un lieu d’apprentissage qui n’était que bonheur

Où l’on t’évaluer n’ayant pas peur des dires

Te donnant une note contestée maintenant

.

Pour les uns le danger serait de niveler

La théorie du genre causerait un malheur

Pour d’autres elle ne doit s’en tenir à prescrire

Qu’écrire et compter selon ses fondements.

.

Il est sûr qu’aujourd’hui l’école doit changer

S’adapter et comprendre l’évolution des mœurs

Le niveau est en baisse on peut craindre le pire

Si l’on ne réagit pas et ce rapidement.

Noble personne

.
Elle a cette compétence qui fait la différence
Et une humilité qui suscite le respect
Dotée de ce savoir qui crée chez nous l’espoir
A cette gentillesse ma noble doctoresse  
.
Mais pour la côtoyer il faut que ta santé
Ou plutôt tes neurones car c’est bien cette zone
Soient un peu perturbées pour que son beau métier
Puisse te donner l’espoir d’un avenir moins noir
.
Elle semble maîtriser là où ont échoué
Ses confrères brillants pas toujours compétents
Et prends aussi le temps avec son propre accent
De t’expliquer les choses  en noble virtuose
.
Mais tout son savoir résonne avec l'espoir 
que ma vie s'améliore il faut y croire encore
mon destin est lié et ceci de très près
à cette digne personne qui sans cesse raisonne.
.
Leny.

Thierry

 

 

C’est un sacré coup dur que la vie nous joue là

Emmuré dans tes maux tu nous quittes déjà

Tu laisses derrière toi la place dévolue

A l’être tant aimé qu’on ne reverra plus

 

Ta petite Clara que tu chérissais tant

A toujours eu pour toi ce regard bienveillant

Tes filles étaient pour toi une grande fierté

Elles te le rendent bien d’un amour mérité

 

Ta ville tu l’aimais et tu avais envie

De la faire découvrir à tes nombreux amis

Les belles animations qu’ici se déroulaient

Toujours avec brio tu nous les commentais

 

Ceux qui t’ont côtoyé se souviendront toujours

D’un être généreux et débordant d’amour

Animé par le souhait de vouloir faire plaisir

Tu étais un gars bien c’est notre souvenir

 

Tu nous as dispensé de judicieux conseils

Tu étais notre frère et ce n’est plus pareil

Tu étais adorable tu nous manqueras tant

Tu étais si précieux et c’est dur maintenant

 

Tout ceux qui sont présent en ces lieux aujourd’hui

Pour te dire au revoir sont venus jusqu’ici

Nous t’embrassons Titi une dernière fois

Il y a dans nos cœurs cette place pour toi.

 

Maman,Fanfan, joe et Laurent.

Divine

 

Ses longs cheveux blonds ondulent dans sa nuque

Et des traits fins lui font un visage angélique

Doux et bouclés ornés d’un beau tressage

Lui confèrent une coiffure sauvage

.

Le clair de ses yeux verts forment des amandes

subliment sa beauté sont une belle offrande

Son visage parfait sa bouche sensuelle

N’a d’égal que le trait fin d’une aquarelle

 .

Elle qui te enterait si tu la croisais
Dans les bras de personne elle est allongée

Elle a apprivoisé sa douce solitude

Vit sereine et se repose en toute quiétude

.

Elle n’a rien a faire dans ta vie organisée
Ses yeux inspirent l’amour dans tes pensées

Mais les siennes lointaines sont bien ailleurs

Elle qui te méduse et se refuse d’ailleurs

.

Et pourtant cette enveloppe charnelle

N’en reste pas moins divine mortelle

Elle que la nature a pourtant sublimée

Ne sait peut être pas, oui, simplement aimer

 .

Une femme tout simplement, t’attire

T’arrache au quotidien que tu négliges

Te fait rêver et de si loin tu l’entends

Sans savoir pourquoi mais cause ton tourment.

Leny.

 

La main tendue

.

Je fis la connaissance il y a quelques années

d’un couple de retraités qui venait de subir

cette tragique épreuve d’un caprice météo

qui les avait privé de leur habitation

 .

je garde en mémoire leurs yeux qui traduisaient

toute cette douleur qu’il leur faudrait guérir

et n’eus pour seule réponse à ce poignant tableau

que de tendre la main en signe d’attention

 .

Ce sont des choses simples que j’ai pu proposer

mais j’ai senti chez eux qu’ils étaient réceptifs

et c’est modestement par de petits boulots

que j’ai pu être actif dans la situation

 .

C’est ainsi que naquit notre récente amitié

je reste envers eux toujours admiratif

du courage qu’ils ont eu à gérer ce fardeau

regagner leur logis après réparations

 .

Devenu mon copain il reste mon aîné

petit homme aux yeux clairs au regard doux et vif

qu’une sensibilité rendant encore plus beau

fait de lui un senior digne d’admiration

 .

Son épouse n’est pas moins emplie de qualités

toujours bien apprêtée et l’esprit inventif

il forme à eux deux un si joli duo

que je garde pour eux une sincère affection

 .

Une petite visite en guise d’amitié

sera toujours pour moi le geste expressif

du respect ressenti et restant tout penaud

lorsque ROMAN me compta l’odieuse invasion.

 .

Leny,

C’est fini les amis

C’est ainsi que s’achève ce qui a commencé

Et la vie m’a appris à n’avoir de regrets

Car désormais les choses je les vis au présent

Et regarde toujours ce qu’il y a devant

 

Ici j’ai partagé d’agréables moments

Avec des êtres qui l’ont été tout autant

Ce qui enrichira mes précieux souvenirs

Et me fera peut être un jour y revenir

               

Triste je ne le suis ni même ému non plus

Mais heureux avant tout de ce que j’ai vécu

Retrouver des amis m’en faire de nouveaux

Et pour moi de la vie un merveilleux cadeau

 

Vivre l’instant présent est ma philosophie

Car nul ne peut savoir ce que sera sa vie

Ce qui fait que pour moi savourer le présent

Est à mes yeux de loin ce qui est important

               

Oui des photos j’ai pris et que de souvenirs

Mais c’est plus du partage que je vais m’enrichir

Et pour cela je tiens à vous remercier

Vous autres qui avec moi avez su échanger

 

Vous l’avez donc compris je rentre à présent

le cœur empli de joie des merveilleux instants

Qui composent déjà ce tout récent passé

Et feront que jamais je ne les oublierai


Pensant à l’avenir je serai très heureux 

Ces belles tranches de vie de les revivre un peu

Avec ceux d’entre vous qui par affinité

Ont fait que nos chemins ont pu se rapprocher.

                                         

                                       Leny.

Belles Ebènes

 

Belles sont celles ébène métissées

Intrigantes par leurs allures

Exotiques dans leurs parures

dotées de ces courbes marquées

Incroyable est leur posture

Marquant presque exagérément

le dessin si déconcertant

Que leur donne la nature

Un joyau venu des îles

A ce rien de nonchalance

Complété d’une arrogance

Assumant son propre style.

                                                Leny.

 

 
 

la grossière erreur

 

Il est bien des personnes de divers horizons

Dont le travail induit multiples décisions

Au plan professionnel il faut un naturel

Digne de se hisser à hauteur du duel

 

Ils ne seront jamais que les divers relais

D’une hiérarchie hautaine qui les a inspirés

Même si au demeurant certains sont compétents

On ne doit pas confondre aptitude et talent

 

Ce naturel pourtant est souvent peu docile

Doté d’un caractère parfois des moins faciles

Doivent faire attention dans leurs interventions

Et ainsi s’adapter au sens de leurs missions

 .

Deux mondes cohabitent le pro et le perso

Et chacun nécessite de bien choisir ses mots

En effet ils seraient vraiment mal inspirés

D’interpeller leurs proches comme des employés

 

Il ne peut s’agir là que d’un cas marginal

Servant à illustrer un fait si peu banal

Dans la vie c’est souvent que généreusement

Se nouent les relations entre gens bienveillants

 

La morale dans tout ça et que qui que l’on soit

On se doit d’afficher le bon côté de soi

Inutile d’user dans la sphère privée

D’un ton qui bien des fois ne peut faire que blesser

 

Un jour quelqu’un m’a dit de bien belle façon

« On conduit pas les troupes au poids de ses galons ».

On sera respecté plus pour ce que l’on est

Et non tout simplement en voulant l’imposer

 

Si vous vivez un jour une situation pareille

Ne céder pas d’un pouce et prêtez bien l’oreille

Abdiquer promptement serait indigne de vous

Faites face froidement masquez votre courroux.

                                                 Leny.

Venezia

Ville mystérieuse ville magnifique
Venise vous entraine par delà ses canaux
Un dédale de rue  qui vous fait découvrir
Le cœur de cette belle cité lacustre
.
Découvrant la ville et son attrait magique
Prenant place à bord d’un Vaporetto
Seul moyen de transport qui vous fait parcourir
Cette ville où naquirent tant d’êtres illustres
.
Sur Grande Canale son coté mythique
Vous séduit vous emporte passant sous Rialto
Majestueux pont qui a tant fait discourir
Orné par les cotés d’élégantes balustres
.
Flânant vers le palais par des ruelles antiques
Découvrant une ville faite de joyaux
Tout a coup la grande place pour y découvrir
Le campanile venu à votre rencontre
.
Majestueux il trône s’érige excentrique
Près du palais des doges et de ses cachots
Jouxtant la basilique pour mieux renchérir
Le sens religieux que ces lieux enregistrent.
 
Leny.

 

 

 

 

La plage

Une plage de sable fin
Que l’on foule très tôt
Et comme tous les matins
On n’entends que le clapot
.
Ce doux bruit réconfortant
Née d’une mer calme
A ce pouvoir apaisant
Et de loin en a la palme
.
Le soleil est déjà chaud
Et de ses rayons ardents
Fait reluire notre peau
Protégé d’un onguent
.
Déjà les premiers baigneurs
Arrivent de tous cotés
Pour gouter à la chaleur
Et se faire dorloter
 .
Bientôt la plage deviendra
Une aire des plus bruyante
Pour nous tous elle perdra
Sa magie réconfortante.

Leny.

L’épisode cévenol

Les grosses chaleurs étaient à présent passées

Désormais c’est la pluie qui pour l’heure faisait rage

Traduisait sa violence par de violents orages

Inondant pour le coup les sites urbanisés

.

Cette pluie menaçante et parfois meurtrière

S’abattait sans relâche sur nos sols détrempés

Ne pouvant pénétrer elle ne pouvait  que couler

Pour grossir ardemment le cours de nos rivières

.

Sous le coup des éclairs elle annonçait sa venue

 Tombait avec ardeur sans qu’on la maitrise 

Causait des dégâts et semait la surprise 

Sous le tonnerre qui gronde elle était malvenue

.

Certains allaient perdre et non sans conséquence

Tout ce qu’il possédait en l’espace d’un instant

Faisant des sans-abris leur laissant à présent

Un triste amas de boue en toute indifférence.

Leny

Fuego

Un feu prenant naissance parait inoffensif

Puis rugit et s’embrase dévore la nature

Lui nait d’une étincelle devenu compulsif

Se délecte soudain de sa douce torture

 

Rien ne peut museler ce monstre rugissant

Pas même les tonnes d’eau versée pour le stopper

Il crépite et rougit tient tête aux assaillants

Qui finiront pourtant par le faire échouer

 

Craquant une allumette geste des plus banal

Qui bientôt s’associe contemplant le spectacle

Au geste meurtrier qui cause tout ce mal

Et qui est responsable de la divine débâcle.

Leny.

Moonlight

                                                                                                      

A l’heure où le soleil

Mérite son repos

La belle prend sa place

Y fait naître ses ombres

Laisse danser la lune.

                                            

Propice à mon éveil

Il me renvoi des mots

Qui instamment se placent,

Ma verve étant de l’ombre,

ils s’affichent à la une.  

 

Nul autre instant pareil,

Nous fait ce teint palot,

Diffuse dans l’espace

Cette lumière sombre,

Que le doux clair de lune.

                             Leny.

Bonne nuit les petits

.

A l’heure où pour les grands commence la soirée

Toi mon petit bouchon va rejoindre Morphée

Il est temps présent d’aller faire ton dodo

Tu vas apprécier une nuit de repos

.

C’est alors tendrement que papa ou maman

Te recueille dans ses bras l’espace d’un instant

Afin de te conduire dans la plus jolie chambre

Mais tu as tout compris et tu le fais entendre

.

Aménagé pour toi et  dans ce nid  douillet

Tu vas pouvoir plonger la tête dans l’oreiller

Et donner libre cours à tes rêves les plus doux

Accompagné pour l’heure de tous tes beaux joujoux

.

Respect des traditions et souhait de t’apaiser

Bien souvent on va lire pour toi quelques couplets

De la plus belle histoire donnant l’intonation

La suite étant le fruit de ton imagination

.

Tout ici est pensé afin que le petit être

Qu’il y a quelques mois ensemble ils ont vu naitre

Puisse se reposer le plus sereinement

Dans ce lieu devenu ta chambre à présent

.

C’est bien rapidement que tes yeux vont se clore

Sous les yeux médusés de parents qui t’adorent

Ainsi tu es parti pour le plus beau voyage

Emportant avec lui tes rêves dans son sillage.

.

Leny.

Ruisselante

Elle tombe ruisselle glisse puis pénètre la terre
Incolore et sans saveur
Elle n’en a pas plus d’odeur
Source de vie que l’on pense éternelle
Ce joyau des contrées arides
Qui privées de sa substance
En mesurent pleinement sa valeur

Elle fait pousser irrigue étanche la soif
Hydrate mais fait aussi peur
Car elle peut causer la douleur
Houleuse boueuse à cela de mortelle
Quand devient une force avide
Qui livrée à sa puissance
Peut causer les pires malheurs  

Elle roule foule part revient continuellement
S’infiltre avec lenteur
Mais pénètre avec froideur
Flux incessant qui a ceci d’éternel
Elle  peut s’afficher si limpide
Qu’elle écarte toute méfiance
Et recèle parfois ses douleurs.

                                                                                                                                  Leny.

 

 

C’est la FAUTE …

Village situé au bord de l’océan

Territoire de Vendée le pays des chouans

Région ou le relief fait place aux larges plaines

Où la marée décide d’une eau proche ou lointaine

 

Ce village qu’à jamais l’histoire à marquée

Le jour où la météo conjuguant ses excès

A fait venir les eaux dans les habitations

Des résidents surpris manquants d’informations

 

La pluie le vent la marée se sont tous associés

Et se sont abattus sur les pauvres foyers

Résidant d’un secteur où le niveau des eaux

A rapidement tourné au pire scénario

 

Surpris par cette eau froide venu de l’océan

Qui les envahissait à un rythme effrayant

N’ont eu comme autre choix de se hisser plus haut

Dans toutes leurs maisons envahies par les eaux

 

Comment pouvaient ils être ainsi colonisés

sans qu’une information leur ai été donnée

Ils durent ainsi gérer dans le froid et la peur

L’attente des secours œuvrant avec ardeur

 

Ceci fit des victimes qui sont à déplorer

Une stèle à leur mémoire a été érigée

Succombant à la folie d’un caprice météo

Aggravé des méfaits d’une gestion de miros

 

En ces lieux que l’on sait à tout jamais meurtris

Ceux qui dans la tempête ont préservé leurs vies

sont emplis de tristesse repensant à l’horreur

De ce qu’ils ont vécu en cette nuit de malheur

 

L’histoire a fait que nous avons côtoyés

Un couple de retraités du drame rescapés

Nous confiant leur histoire avec grande émotion

Revivant ces instants non sans un grand frisson

 

Il ne reste du drame que bien peu d’éléments

Tant on s’emploie depuis à gommer l’incident

Situées en zone noire les maisons furent rasées

Laissant ainsi la place à des tas de remblais

 

Ceux-ci évacués ils rendent peu à peu

Ces terres à la nature qui de tristes aveux

Lui avait été soustraites en feignant d’ignorer

Le danger encouru par ceux qui bâtissaient

  

Nous aurons à jamais une pensée émue

Pour ceux qui près de nous ont si longtemps vécu

Mais qu’un jour le destin écrivant son histoire

  A laissé pour seule trace leur souvenir en mémoire.

                                Leny.

Refaire l’unité

.

On entend tous les jours qu’à présent s’en est trop

Finissent par dérouter leurs propres sympathisants

La tache est difficile et j’entends tous ces mégalos

Sourirent sur eux qui nous dirigent à présent

.

Pourtant souvenons nous de leurs prédécesseurs

Qui ont beaucoup promis et bien peu allouer

Car eux aussi auront plus que leur successeurs

Aggraver notre dette sans trop sans soucier

.

Plus grave à présent de voir en ce malheur

Que chacun tire à soi qu’il n’y plus d’unité

Que celui qui n’a rien est toujours le voleur

Les nantis eux seront toujours bien assurés

.

En des temps difficile soyons tous vigilants

D’avoir bien à l’esprit de toujours protéger

Ceux que souvent l’on traite d’un regard méprisant

Oui les minorités devons bien les traiter

.

Il est plutôt aisé dans tout notre confort

D’avoir avis sur tout et même des convictions

Allant jusqu’à oser disposer de leur sort

Les renvoyant chez eux comme une malédiction

.

Racisme égale fléau il faut donc le combattre

Pourtant on le sait tous il engendre l’horreur

Souvenons nous de ceux qui sont venus se battre

Donnant chez nous leur vie chassant nos agresseurs

.

Peut être faut il donc simplement réfléchir

Tant d’inégalités ne peuvent perdurer

Faire que notre monde puisse à l’avenir

Partager ses richesses cultive l’amitié.

Leny.

Liberté retrouvée

         .

Il ne pouvait que tourner en rond

dans cette cage comme dans une prison

pourquoi lui faire

pourquoi lui faire

peux t-il espérer revoir pour de bon

ces grandes contrées jusqu’à l’horizon

et cette terre faite pour lui plaire

Mais dites moi

est-ce trop demander

de faire que pour lui

demain soit réparé

faites pour lui, faites pour lui

sa liberté

je veux y croire encore

qu’il pourra un jour

retrouver tous les siens, tous les siens

Car à présent il ne peut détaler

retenu là et ainsi empêché

de courir libre, et ainsi vivre

Il lui faudrait seulement un jour ou deux

pour reprendre ainsi possession des lieux

redevenir libre, mais pour lui , réapprendre à vire

Il ne pouvait que tourner en rond

dans cette cage comme dans une prison

pourquoi lui faire

pourquoi lui faire

peut-il espérer, la liberté

et demain ainsi ne plus être enchainé.

                            Leny

 

Soirée poker

Il est un jeu de carte qui loin d être démodé

Nous divertit c’est vrai lorsque entres copains

Nous fixons une date afin d’y consacrer

Une soirée dédiée pour confronter nos mains

.

Chacun de nous prend place  formant une tablée

Décidé à défendre des cartes que le hasard

Lui  a attribué afin d’élaborer

Une stratégie gagnante s’il est un peu veinard 

.

Chanceux c’est bien de l’être mais avec une bonne tête

Car il faut à présent mettre tout son talent

Au service d’un jeu où il faut être honnête

La stratégie prévaut au pif c’est évident

.

Tous les profils sont là bien naturellement

Du serré agressif à l’autre qui l’est moins

Cherchant tous à bluffer le plus discrètement

Et ramasser un pot qui lui n’est pas de vin

.

Ayant de bonnes cartes le plus dur reste à faire

C’est là que tout commence il faut absolument

Bien les valoriser sans te laisser distraire

Pour faire le plus de gains les rentabilisant

.

Je remercie ici mes amis avec qui

J’ai coutume de jouer dès que nous le pouvons

Formant un groupe sympa de mecs qui s apprécient

Et peuvent se donner de bien drôles de surnoms,

                                                               Leny,

Souvenirs d’enfance

.713649d9c0895ec5d

Du fonds de mes souvenirs revient cette pensée

Celle d’avoir grandi en terre de gaieté

Avec cette liberté qui était une chance

D’aller et de venir à notre seule convenance.

 

Jeunes nos distractions étaient bien éloignées

De celles qui aujourd’hui envahissent nos foyers

 En effet c’est dehors que s’exprimaient nos choix

Entourés de copains, certains faisant la loi.

 

Nos passe-temps favoris n’étaient pas compliqués

Et ne nous demandaient pas d’être fortunés

En effet c’est avec entente et cohésion

Qu’ils nous faisaient vivre bien des situations.

 

Des jeux on en faisait avec comme gagnant

Celui qui d’entre nous avait en ces instants

Pu et su réunir avec toutes ses chances

Adresse ou audace savoir et compétence.

 

Il y en avait un ou jamais détrôné

J’arrivai à ravir avec facilité

Le filet tout entier de ces petites rondes

Sans jamais me fâcher avec ce petit monde.

 

Cet  esprit d’unité n’était pas si facile

Il arrivait parfois qu’ayant chacun son style

Nous fassions un accroc à notre belle entente

Pour mieux la reformer avant qu’elle nous hante.

 

                                       Leny. 

Adieu pa..

 

Cela fait quelques jours que tu nous a quitté

tu nous manques déjà mais il faut l’accepter

c’est le choix que la vie a décidé de faire

en t’arrachant à nous par son choix arbitraire

 

A ta petite épouse tu as donné quatre enfants

ensemble vous avez conjugué vos talents

afin de leur permettre à présent dans leurs vies

d’être heureux et fiers de leur autonomie

 

Ta carrière tu l’as faite au service du public

tu portais toujours haut tes valeurs et ton chic

tu étais respecté très souvent compétent

transmettais ton savoir aux jeunes débutants

 

Élever quatre enfants ne fut pas très facile

énergie plus courage avec le moins docile

mais nous avons reçu au sein de ce foyer

des valeurs qui à présent tendent à se disperser

 

Ta vie fut cependant et malheureusement

occupée par un mal qui t’a bien trop souvent

éloigné loin de nous et rendu très discret

toi qui par le passé savait argumenter

 

Récemment tu surfais avec tant de plaisir

Sur la fameuse toile occupant tes loisirs

En effet tu as su très vite appréhender

Cet outil pour lequel je t’avais initié

 

Nous sommes autour de toi pour ce dernier adieu

a présent je te sais heureux en d’autres lieux

délivré de ces maux que j’ai vu te meurtrir

aujourd’hui apaisé tu pourras en guérir

 

Sois enfin assuré que nous contribuerons

pour chacun d’entre nous de différentes façons

au confort qu’à maman nous devons maintenir

avec tout notre amour pour les jours à venir

 

En ton nom maintenant je veux remercier

ceux qui ici présent ont pu t’accompagner

une dernière fois pour te dire doucement

que tu reposes en paix et t’embrassent tendrement.

 

Laurent.

 

 

 

 

 

Louane

Louane,

On l ‘attendait depuis quelques mois maintenant

La venue de votre fille est un événement

Qui me comble de joie quoi de plus naturel

Car à présent vous êtes plongés dans le réel

 

Je veux tout simplement vous dire combien je suis

Heureux de cette naissance de cette nouvelle vie

qui arrive à présent dans un parfait foyer

et comble des parents qui vont la chouchouter

 

Même si sa venue vous a causé soucis

A présent vous avez le loisir du répit

Cela lui donnera la joie d’apprécier

Chaque jour que la vie nous donne à partager

 

En effet des débuts un peu tumultueux

Feront de sa personne un être merveilleux

En cela elle sera des autres différentes

Son départ en fera une âme bienveillante

 

Elle n’est pas pour moi une fille de plus

Dans le cercle d ‘amis où nous sommes élus

Mais celle qui à mes yeux à bien sur mérité

Le titre de princesse est fait pour l’honorer

 

A ma façon je serai une sorte de tonton

Même si je n’ai pas le titre pour de bon

De cœur je le serai si vous me l’accordez

Occupant cette place avec humilité

 

Tu as la chance d’avoir des parents bienveillants

Qui sauront t’éduquer avec discernement

Toi petite princesse je t’adresse à présent

Un bien tendre bisou très délicatement.

 

Laurent.

 

Jacques

Je garderai de toi le souvenir discret

D’un être souriant aimant à plaisanter

Cette franche bonne humeur qui te qualifiait

Restera à jamais dans mon esprit gravée

 .

Un métier difficile tu as effectué

Au sein de cette usine longtemps tu as œuvré

Pourtant c’est sans regret que tu les as quitté

Pour mieux te consacrer à ton nouveau métier

 .

En très bon menuisier tu avais installé

Dans ton local spécial appelé l’atelier

Une super machine nommée ta combinée

Qui restait dangereuse pour les non initiés

 .

De toutes tes passions j’aime me rappeler

Que c’est à la belote que tu aimais jouer

A la pêche à la ligne tu sortais du brochet

A la pétanque bien sur des carreaux tu faisais

 .

MOUNENS sera toujours le lieu où l’on venait

En vacances le mois y passer nos congés

De ta jolie maison nous pouvions disposer

Et ainsi en famille aimions se retrouver

 .

Papa et toi étiez comme deux frères liés

Vous  avez toujours eu de la complicité

Et avez partagé maintes activités

Avec toi il  aimait toujours se retrouver

 .

Une dernière fois je voudrais t’embrasser

Conserverai de toi l’image que tu as forgée

Tatie et les enfants  peuvent être assurés

De mon profond soutien en signe de respect.

 .

Laurent.

 

12
 

My way with words |
Myblogmag |
Lejardinderoncesdecandy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les poèmes de Suzon
| atout voyance
| Clausd