Donald président n’est pas une canular

C’est une douche froide pire un cauchemar

Il incarne le faste dans toute sa démesure

Riche de ses milliards pour unique dorure

 .

Mais avant d’obtenir son prestigieux statut

Bien des faillites arguent de ses millions perdus

Ce pitre endimanché à la crinière jaune

Est le vil imposteur à présent sur le trône

 .

Être égocentrique il est de plus sexiste

Ses pensées ont choqué les âmes pacifistes

Elle ont manifesté coiffées d’un chapeau rose

En ont fait allusion à ces propos qu’il ose

 .

Il prends des décisions sans consulter d’expert

Et n’a pas le savoir que sa fonction requiert

Gouverne par décrets très souvent contestés

Là où l’on souhaiterait plus de fraternité

.

Il faut que ce canard puisse être destitué

Car un mandat complet serait bien trop risqué

Le monde a besoin d’une digne Amérique

Et non pas de ce clown et son piètre cirque.

.

Leny

.

.

Charlie,

.

Charlie est triste Charlie reste hagard

Par cette exécution digne d’un cauchemar

Où douze journalistes ont payé de leur vie

Le prix d’une liberté si chère à notre pays

.

En salle de rédaction comme dans un polar

Ils ont fait irruption pas pour un canular

Et tué de sang-froid avec une barbarie

Laissant derrière eux les douze corps sans vie

.

Abattus comme des chiens pour avoir exprimé

Par des textes ou croquis leur façon de penser

Brandissons nos stylos symbole d’une lutte

Que rien ne fera taire et surtout pas ces brutes

.

Aucun dieu n’a dicté de tels comportements

Aussi élevons nous contre ces agissements

Radicaux de toute sorte il faut les empêcher

Car toute cette violence me donne la nausée

.

Il est des hommes qui mutent en une race hybride

Et deviennent ainsi une espèce morbide

Accomplissant des actes avec cette conviction

Qui n’a que pour égal leur imagination

.

Opposer armes de guerre à nos brillants stylos

Face à la connerie il n‘y pas de mots

C’est faire insulte aux fous de les traiter ainsi

En glorieux justiciers tels ils se qualifient

.

En mémoire des braves ceux que l’on admirai

Armés de vos stylos en signe de respect

Continuez à dire avec cette drôlesse

Préservez ainsi la liberté de la presse.

.

Leny

.

                                                                                                    

                                                      Les Migrants,

.
Ils quittent leurs pays et laissent derrière eux
La terre où ils sont nés avec leurs souvenirs
C'est un choix difficile mais qui s'impose à eux
La guerre au quotidien n'est pas un avenir
.
Ayant fuis la terreur ces pauvres oubliés
Se mettent donc en quête d'une terre d'asile
Et c'est très compliqué de vouloir intégrer
Un pays qui rendrait leur vie moins difficile
.
On les voit affluer telle une marée humaine
Seulement quelques milliers arrivent à nos portes
Nous prient de les ouvrir les accueillir sans haine
Et rendre plus humain le soutien qu'on apporte
.
Difficile de les voir dans leur situation
Ils ont pourtant l'espoir de lendemains meilleurs
Mais est on disposés à une telle option
Les plus frileux les voient comme des envahisseurs
.
Ce tout petit garçon échoué sur une plage
Est la sordide vision d'un monde évolué
Accueillons dignement au cœur de nos villages
Ces familles perdues pour les y intégrer
.
Pour l'heure quelques milliers mêlés à nos millions
C'est une main tendue aux plus nécessiteux
Qui n'ont pas fait le choix de leur situation
Eux qui comptent sur nous qui sommes plus chanceux
.
Le cas est complexe faut pas être simplet
On ne peut accueillir la misère du monde
Mais il faut réfléchir et mieux se concerter
Nous qui sommes les riches sur la mappemonde.

Leny