Les larmes

Des larmes coulent de tes yeux bleus

Es-tu triste ou encore malheureux

Est-ce le bonheur ou plutôt la peine

Qui te font ce regard embué

 

Ton doux visage s’est figé

A la pensée d’un être aimé et adoré

Aussi il ne reste plus que de toi

Ce beau sourire d’autrefois

 

Pleure pleure libère ta peine

Pleure pleure c’est ton cœur qui saigne

Pleure pleure et libère tes veines

Pleure car c’est ton cœur qui saigne saigne

 

Tu ressens ce lourd chagrin

Qui est trop lourd à porter au quotidien

Il te rend triste à mourir

Pour une histoire qui ne pouvait que finir, que finir

 

Aujourd’hui il ne faut plus y croire

Et n’avoir en tête qu’un seul espoir

Celui de faire que peut-être et oui peut être

Un jour enfin tu pourras mieux être

 

Pleure pleure libère ta peine

Pleure pleure c’est ton cœur qui saigne

Pleure pleure et libère tes veines

Pleure car c’est ton cœur qui saigne saigne

                                                                                   Leny.

Belles Ebènes

 

Belles sont celles ébène métissées

Intrigantes par leurs allures

Exotiques dans leurs parures

dotées de ces courbes marquées

Incroyable est leur posture

Marquant presque exagérément

le dessin si déconcertant

Que leur donne la nature

Un joyau venu des îles

A ce rien de nonchalance

Complété d’une arrogance

Assumant son propre style.

                                                Leny.

 

 
 

H et l

.
Il est enfin venu l’heureux événement
faisant qu’ainsi ils sont devenus les parents
de deux jolis bambins sympas et pleins de vie
qui sont venus au monde sans leur causer d’ennuis

.

Même si précédemment tout ne fut pas facile
à présent ils sont là et imposent leur style
ils donnent tour à tour de leur petite voix
ces deux jolis joyaux sont notre grande joie
.
je vais dire à présent seulement quelques mots
sur celui qu’on a tous et qu’on porte tout haut
en effet personnel il nous identifie
ce prénom qui nous suit tout au long de la vie
.
Hector et Léonard ont choisi leurs parents
les prénommant ainsi ce sont déjà des grands
ils hisseront très haut la fierté de porter
ces illustres prénoms sans pour autant frimer
.
Je les vois mieux putter sur un green en banlieue
que signer pour l’année au club de saint Mathieu
en effet il faudra que leurs activités
soient dignes de rimer avec leur destinée
.
Je me suis permis là cette plaisanterie
témoignage pour eux de toute ma sympathie
ainsi vers leur tonton ils pourront se tourner
chaque fois que dans la vie ils l’auront décidés

  • il me reste à présent à vous dire tendrement
  • combien je suis heureux du bel événement
  • venant ainsi au monde vous comblez vos parents
  • Et les occuperez pour longtemps à présent.

 Tonton leny.

 

 

la grossière erreur

 

Il est bien des personnes de divers horizons

Dont le travail induit multiples décisions

Au plan professionnel il faut un naturel

Digne de se hisser à hauteur du duel

 

Ils ne seront jamais que les divers relais

D’une hiérarchie hautaine qui les a inspirés

Même si au demeurant certains sont compétents

On ne doit pas confondre aptitude et talent

 

Ce naturel pourtant est souvent peu docile

Doté d’un caractère parfois des moins faciles

Doivent faire attention dans leurs interventions

Et ainsi s’adapter au sens de leurs missions

 .

Deux mondes cohabitent le pro et le perso

Et chacun nécessite de bien choisir ses mots

En effet ils seraient vraiment mal inspirés

D’interpeller leurs proches comme des employés

 

Il ne peut s’agir là que d’un cas marginal

Servant à illustrer un fait si peu banal

Dans la vie c’est souvent que généreusement

Se nouent les relations entre gens bienveillants

 

La morale dans tout ça et que qui que l’on soit

On se doit d’afficher le bon côté de soi

Inutile d’user dans la sphère privée

D’un ton qui bien des fois ne peut faire que blesser

 

Un jour quelqu’un m’a dit de bien belle façon

« On conduit pas les troupes au poids de ses galons ».

On sera respecté plus pour ce que l’on est

Et non tout simplement en voulant l’imposer

 

Si vous vivez un jour une situation pareille

Ne céder pas d’un pouce et prêtez bien l’oreille

Abdiquer promptement serait indigne de vous

Faites face froidement masquez votre courroux.

                                                 Leny.

Venezia

Ville mystérieuse ville magnifique
Venise vous entraine par delà ses canaux
Un dédale de rue  qui vous fait découvrir
Le cœur de cette belle cité lacustre
.
Découvrant la ville et son attrait magique
Prenant place à bord d’un Vaporetto
Seul moyen de transport qui vous fait parcourir
Cette ville où naquirent tant d’êtres illustres
.
Sur Grande Canale son coté mythique
Vous séduit vous emporte passant sous Rialto
Majestueux pont qui a tant fait discourir
Orné par les cotés d’élégantes balustres
.
Flânant vers le palais par des ruelles antiques
Découvrant une ville faite de joyaux
Tout a coup la grande place pour y découvrir
Le campanile venu à votre rencontre
.
Majestueux il trône s’érige excentrique
Près du palais des doges et de ses cachots
Jouxtant la basilique pour mieux renchérir
Le sens religieux que ces lieux enregistrent.
 
Leny.

 

 

 

 

La plage

Une plage de sable fin
Que l’on foule très tôt
Et comme tous les matins
On n’entends que le clapot
.
Ce doux bruit réconfortant
Née d’une mer calme
A ce pouvoir apaisant
Et de loin en a la palme
.
Le soleil est déjà chaud
Et de ses rayons ardents
Fait reluire notre peau
Protégé d’un onguent
.
Déjà les premiers baigneurs
Arrivent de tous cotés
Pour gouter à la chaleur
Et se faire dorloter
 .
Bientôt la plage deviendra
Une aire des plus bruyante
Pour nous tous elle perdra
Sa magie réconfortante.

Leny.

L’épisode cévenol

Les grosses chaleurs étaient à présent passées

Désormais c’est la pluie qui pour l’heure faisait rage

Traduisait sa violence par de violents orages

Inondant pour le coup les sites urbanisés

.

Cette pluie menaçante et parfois meurtrière

S’abattait sans relâche sur nos sols détrempés

Ne pouvant pénétrer elle ne pouvait  que couler

Pour grossir ardemment le cours de nos rivières

.

Sous le coup des éclairs elle annonçait sa venue

 Tombait avec ardeur sans qu’on la maitrise 

Causait des dégâts et semait la surprise 

Sous le tonnerre qui gronde elle était malvenue

.

Certains allaient perdre et non sans conséquence

Tout ce qu’il possédait en l’espace d’un instant

Faisant des sans-abris leur laissant à présent

Un triste amas de boue en toute indifférence.

Leny

Christophe

.

La spontanéité qu’il met dans ses échanges

Et la bonhomie qualifiant son action

Fait de sa personne un être rationnel

Qui peut avoir pour toi des propos éclairants

.

Il a cette « sagesse » qu’on certains à son âge

Cette sobre obligeance fait que la relation

Se pose en termes justes et garde pour l’essentiel

Cette sérénité qui animent les bienveillants

.

Le bienvenu chez lui sans que tu le déranges

Il sait te recevoir et avec délectation

Te fera déguster ses vins exceptionnels

Comme toi il aime partager ces instants

.

Un être raisonnable fait d’un savant mélange

Des us et coutumes liés à sa condition

Et de son côté brut et du coup très naturel

En font un personnage plutôt déconcertant

.

De ce qui est matériel il n’en fait l’étalage

Sait te faire partager avec sa perception

Profite de la vie a un regard paternel

Il est ça j’en suis sur un être référent.

            Leny.

Fuego

Un feu prenant naissance parait inoffensif

Puis rugit et s’embrase dévore la nature

Lui nait d’une étincelle devenu compulsif

Se délecte soudain de sa douce torture

 

Rien ne peut museler ce monstre rugissant

Pas même les tonnes d’eau versée pour le stopper

Il crépite et rougit tient tête aux assaillants

Qui finiront pourtant par le faire échouer

 

Craquant une allumette geste des plus banal

Qui bientôt s’associe contemplant le spectacle

Au geste meurtrier qui cause tout ce mal

Et qui est responsable de la divine débâcle.

Leny.

Fraternité

 

 

Fraternité :

Sentiment de solidarité avec cette dimension affective de ceux qui luttent pour la même cause ou partage le même idéal.

.
Elle implique la tolérance et le respect mutuel des différences.
lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine.
lien qui existe entre les personnes appartenant à la même organisation qui participent au même idéal.

citation

« la fraternité a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence ».

Albert JACQUART.

Moonlight

                                                                                                      

A l’heure où le soleil

Mérite son repos

La belle prend sa place

Y fait naître ses ombres

Laisse danser la lune.

                                            

Propice à mon éveil

Il me renvoi des mots

Qui instamment se placent,

Ma verve étant de l’ombre,

ils s’affichent à la une.  

 

Nul autre instant pareil,

Nous fait ce teint palot,

Diffuse dans l’espace

Cette lumière sombre,

Que le doux clair de lune.

                             Leny.

Trimais, Trimes, trimeras pas

.

Tu trimes tout les jours pour essayer de gagner du blé

Tu de défonces en huit pour faire vivre ton foyer

Ne te contente plus de cette bonne volonté

A présent il te faut pratiquer l’illégalité

.

En effet le trafic peut te sortir de la mouise

C’est la seule voie qu’il te reste qui peut te sauver la mise

N’ai plus peur à présent de faire péter les balises

Revivre dignement restera ta seule voie permise

 .

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

 .

Notre putain de monde fabrique tout ces maudits

Tout ceux dont le boulot ne permet plus une vie

Le sérieux ne suffit plus à s’assurer de l’envie

D’être de bons acteurs dans ce pays de pourris

 .

Tu as pourtant grandit avec de nobles valeurs

Que tu t’efforces de suivre font à présent ton malheur

Crache rapidement toutes tes maudites peurs

Seulement tu pourras retrouver un vrai bonheur

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

.

N’ai que la rage au ventre pour sillonner ton chemin

Elle seule pourra modifier ton destin

La guerre ils l’ont voulu alors devient fantassin

Qu’ils prennent enfin conscience que tu n’es plus leur larbin

 .

Tu dois lire la frayeur au plus profond de leur yeux

Sans quoi ils continuerons à user du double jeu

T’exploiterons toujours car c’est ce qu’ils font de mieux

Arrache leurs tuniques terrorise tous ces lépreux

 .

Relève toi, passe à l’action

Révolte toi et fume tous ces cons

                     Leny.

Virile

.

Claquent les pots de ta bécane
Lorsque tu la démarres dans ce matin brumeux
rêve d’une vie tu la montes
Rapidement elle s’embrase et ses chromes illuminent
les jours ternes et moroses
d’un quotidien difficile
…difficile

Légendaire c’est vrai elle l’est
Née à Millwakee c’est ici que tu la maitrises
Cette bête d’acier surdimensionnée
la température du twin qui colore ses coudes
de cette machine qui avale
de ses roues le bitume
…le bitume

Très spécial le claquement de son V
Faite pour la frime que pourtant tu méprises
la chevaucher virilement
est la marque des mecs à la corde des lois
de cet engin qui fait naitre
par son jeu le respect
…le respect

Petit gars tu en étais déjà fan
cette marque mythique qui à elle seule te comble
fait qu’un jour si tu l’a possédée
est pour toi à présent un rêve achevé
de cette moto qui suscite
à elle seule la fierté
…la fierté.

  Leny.

Confession

.

Pour toujours il la veux et il l’aime

Amoureux convaincu de sa peine

Il fera tout il essaie

De marcher fier sur le chemin

 

Et sa vie cabossée par les pierres

Quand celle-ci en devient l’héritière

On n’avance pas on essaye

Mais on marche fier sur le chemin

 

Au carrefour de l’amour éternel

Les principes eux sont restés fidèles

On t’avait dit qu’il faut du rêve

Marche très fier sur le chemin

 

Souffre souffre cette vie

Ton chemin se trace dans une ornière

Le passé et le présent se pressent à ses cotés

 

Dans le lit de ce feu en sommeil

Leur corps eux sont restés en éveil

Ils savent bien se donner la main

Et regarder droit sur le chemin

 

Les tourments sont toujours de l’affaire

Eux qui les font parfois se déplaire

Ils voudraient bien en voir la fin

Marcher droit sur le chemin

 

Souffre souffre cette vie

Tout ne relève pas du mystère

Le feu, sacré qui marche à tes cotés

.

Apaisé dans une vie plus sereine

Tourmenté en plein cœur de l’arène

Le brillant de l’esprit et du soleil

Pour regarder droit vers le ciel.

                             Leny.

Tremblements

®

Un claquement sourd qui résonne

Elle se rapprochera

Comme le train sur la voie fonce

Amateur tu l’entendras

 ®

Le jour sonne des tremblements

Sur la ville encore endormie

Le vacarme dans le néant

Comme le fracas des éboulis

Au petit jour ce bruit détonne

Dans le silence du matin

Pas de ton pour lui répondre

Pas de vent l’emportant loin

Ce matin elle vous appelle

Son grand cri qui vous retient

D’un son caractéristique

Qu’elle propulse de si loin

Et puis plus rien le silence

Le calme a tout envahi

La journée qui se prépare

Et s’annonce de ses bruits

 ®

Un moteur lourd qui s’annonce

Cet engin tu admireras

Non sans raison il t’emporte

Admirateur tu le suivras.

®                        

Leny.

Floriane

L’année scolaire s’achève par une belle victoire

Ton bac S tu l’as eu j’en suis le premier heureux

Fier de ce résultat marquant ainsi la fin

D’une scolarité qu’on devinait poussive

 .

A présent tu vas pouvoir écrire ton histoire

Faire que les choses changent et dire enfin adieux

A ta calculatrice qui fait place au fusain

Et exprimer ainsi tes qualités créatives

 .

Pour toujours tu l’auras cette année en mémoire

Car aujourd’hui tu fêtes et l’instant est sérieux

Ce bel anniversaire 18 petits matins

Nous te les fêterons de façon collective

 .

Que dire de tes amies sur la même trajectoire

T’ont toujours soutenue et faisant même mieux

T’invitant à des fêtes mais gardant l’examen

Comme seul objectif afin qu’il vous motive

 .

Maman et moi sommes fiers de cette première victoire

Aujourd’hui tu as prouvé faisant même des envieux

Mobilisant tes forces te frayant le chemin

Qui t’as mené dignement à réussir l’épreuve

 .

Il est vrai que pour moi paraissait illusoire

De réussir au prix d’un travail laborieux

Te voyant triompher tu as mis les choses au point

Ta méthode de travail s’est avérée productive

.

A présent tu est majeure étape transitoire

Qui te donne le droit de faire tes adieux

D’une belle manière à ce monde enfantin

Tu Tournes ainsi une page de façon définitive.

 .

Leny

Bonne nuit les petits

.

A l’heure où pour les grands commence la soirée

Toi mon petit bouchon va rejoindre Morphée

Il est temps présent d’aller faire ton dodo

Tu vas apprécier une nuit de repos

.

C’est alors tendrement que papa ou maman

Te recueille dans ses bras l’espace d’un instant

Afin de te conduire dans la plus jolie chambre

Mais tu as tout compris et tu le fais entendre

.

Aménagé pour toi et  dans ce nid  douillet

Tu vas pouvoir plonger la tête dans l’oreiller

Et donner libre cours à tes rêves les plus doux

Accompagné pour l’heure de tous tes beaux joujoux

.

Respect des traditions et souhait de t’apaiser

Bien souvent on va lire pour toi quelques couplets

De la plus belle histoire donnant l’intonation

La suite étant le fruit de ton imagination

.

Tout ici est pensé afin que le petit être

Qu’il y a quelques mois ensemble ils ont vu naitre

Puisse se reposer le plus sereinement

Dans ce lieu devenu ta chambre à présent

.

C’est bien rapidement que tes yeux vont se clore

Sous les yeux médusés de parents qui t’adorent

Ainsi tu es parti pour le plus beau voyage

Emportant avec lui tes rêves dans son sillage.

.

Leny.

Ruisselante

Elle tombe ruisselle glisse puis pénètre la terre
Incolore et sans saveur
Elle n’en a pas plus d’odeur
Source de vie que l’on pense éternelle
Ce joyau des contrées arides
Qui privées de sa substance
En mesurent pleinement sa valeur

Elle fait pousser irrigue étanche la soif
Hydrate mais fait aussi peur
Car elle peut causer la douleur
Houleuse boueuse à cela de mortelle
Quand devient une force avide
Qui livrée à sa puissance
Peut causer les pires malheurs  

Elle roule foule part revient continuellement
S’infiltre avec lenteur
Mais pénètre avec froideur
Flux incessant qui a ceci d’éternel
Elle  peut s’afficher si limpide
Qu’elle écarte toute méfiance
Et recèle parfois ses douleurs.

                                                                                                                                  Leny.

 

 

C’est la FAUTE …

Village situé au bord de l’océan

Territoire de Vendée le pays des chouans

Région ou le relief fait place aux larges plaines

Où la marée décide d’une eau proche ou lointaine

 

Ce village qu’à jamais l’histoire à marquée

Le jour où la météo conjuguant ses excès

A fait venir les eaux dans les habitations

Des résidents surpris manquants d’informations

 

La pluie le vent la marée se sont tous associés

Et se sont abattus sur les pauvres foyers

Résidant d’un secteur où le niveau des eaux

A rapidement tourné au pire scénario

 

Surpris par cette eau froide venu de l’océan

Qui les envahissait à un rythme effrayant

N’ont eu comme autre choix de se hisser plus haut

Dans toutes leurs maisons envahies par les eaux

 

Comment pouvaient ils être ainsi colonisés

sans qu’une information leur ai été donnée

Ils durent ainsi gérer dans le froid et la peur

L’attente des secours œuvrant avec ardeur

 

Ceci fit des victimes qui sont à déplorer

Une stèle à leur mémoire a été érigée

Succombant à la folie d’un caprice météo

Aggravé des méfaits d’une gestion de miros

 

En ces lieux que l’on sait à tout jamais meurtris

Ceux qui dans la tempête ont préservé leurs vies

sont emplis de tristesse repensant à l’horreur

De ce qu’ils ont vécu en cette nuit de malheur

 

L’histoire a fait que nous avons côtoyés

Un couple de retraités du drame rescapés

Nous confiant leur histoire avec grande émotion

Revivant ces instants non sans un grand frisson

 

Il ne reste du drame que bien peu d’éléments

Tant on s’emploie depuis à gommer l’incident

Situées en zone noire les maisons furent rasées

Laissant ainsi la place à des tas de remblais

 

Ceux-ci évacués ils rendent peu à peu

Ces terres à la nature qui de tristes aveux

Lui avait été soustraites en feignant d’ignorer

Le danger encouru par ceux qui bâtissaient

  

Nous aurons à jamais une pensée émue

Pour ceux qui près de nous ont si longtemps vécu

Mais qu’un jour le destin écrivant son histoire

  A laissé pour seule trace leur souvenir en mémoire.

                                Leny.

L’opération

 

Le protocole était lui même enclenché

Le temps avait passé sans que je réalise

La date est tombée comme un couperet

Me surprenant d’abord puis devenant logique

 

Le compte à rebours était à présent déclenché

L’opération programmée sans je formalise

Le moindre souhait de report acceptant sans regret

Un choix s’imposant a moi sans que je le complique

 

Sans plus de résistance j’ai accepté la démarche

Me faisant à l’idée et donc l’ayant admise

Cette lourde intervention devenue du concret

Ferait de ma personne un être électronique

 

J’ai fait la rencontre de ceux qui tiennent l’affiche

Leur discours empli de vécu et d’un ton qui apaise

Lève toutes les craintes et les petits secrets

Font de l’intervention un acte des plus classique

Leny

 

 

Mon ptit frè..

 

Avec lui

Son doux regard empli d’amour

Son propre style fait que chaque jour

Il irradie les autres autour

Et bienfaisant

Sera toujours

.

Et de lui

On ressent qu’il est bienveillant

Qu’il est aimant naturellement

Lui qui prend la vie autrement

C’est un soleil

Par mauvais temps

.

Son esprit

Ne traduit jamais la froideur

Que pour masquer une douleur

Il se réserve ce malheur

Quand il peine

L’œil moins rieur

.

Et avec lui

Plus heureux je deviens encore

Dans son amour et sans effort

De vivre mieux dans ce confort

Lui qui peut

Me rendre fort

.

Autour de lui

On ressent le monde plus doux

Tout devient simple tout à coup

Et mon plaisir je lui avoue

Il sait vivre

Sans le courroux

.

Pour lui

Rien n’est plus beau que cette vie

Avec le temps n’est pas meurtri

Il n’a pas de prise sur lui

Tout est possible

Rien n’est fini

.

Et cependant

Connaissant bien son aventure

Je peux lire entre les coutures

Que sa bonté cache une rayure

Une protection

Elle lui assure

.

Et pour lui

je nourris cette complicité

Et ne cesserai de l’aimer

Sans condition et il le sait

Pour la vie

Avec timidité.

 

Leny,

Fanfan

 Depuis toujours elle occupe sa place brillamment

 J’éprouve aussi pour elle une profonde affection

 Un sentiment profond de notre relation

 Car elle est toujours là apaisant mon tourment

.

 Unique la qualifie trop peu élégamment

 Capable de conduire bien des actions de front

 Cette force qu’elle déploie est un de ses fleurons

 Mérite que l’on salue son courage ardemment

 .

 Féminité est ce que très naturellement

 Elle peut susciter provocant l’attraction

 Doublée d’un esprit digne d’une femme de passion

 Son sourire vous éclate le plus radieusement

.

 Il suffit de croiser ses yeux furtivement

 Son regard vous inonde non sans une émotion

 Fait que sa couleur pure change la perception

 Du monde qui l’entoure et devient l’ornement.

.

 Leny.

 

 

 

 

 

Claire

          .
Elle est d’une discrétion qui qualifie les grands
Ce petit brin de femme n’en est pas moins brillant
Toujours prête à aider ou à tendre la main
Cet être rassurant tourné vers son prochain
            .
Elle a toujours pour toi du temps pour t’écouter
Rare est de côtoyer des êtres d’une telle bonté
Une tête bien faite a ceci de troublant
Car toujours animée d’un esprit bienveillant
            .
Moi qui est évolué chez les communicants
Les rapports que le l’on a y sont si différents
Lorsque tout est basé sur la persuasion
On ne s’enquiert que peu de cette noble attention
             .
Elle a cette qualité des êtres fraternels
Nourrissant un discourt qui est très naturel
résolument tournée au service de l’autre
Elle devrait inspirer une vocation d’apôtre
            .
Elle pardonne toujours les écarts de verbiage
Inspirant par ailleurs le respect dû aux sages
Faite de self contrôle d’un esprit raisonné
Elle est a tout jamais une femme de qualité.
                    

                                          Leny.

Idiotismes expressions dictons jadis plus usités…

 

Être franc comme un âne qui recule.

D’un âne on ne fait pas un cheval de course.

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

C’est comme si je pissais dans un violon.

C’est comme donner du lard à des cochons.

Ne pas tenir pour la laine.(Mumy) (rentabiliser)

Comme un rat entre deux noix. (Hésiter)

Comme une poule qui a trouvé un couteau.

Avoir des yeux de merlan frit.

Ne pas trouver de l’eau au Rhône.(Mumy) (Ne pas être dégourdi)

Ça ne casse pas trois pattes à un canard.(Mymy) (Commun médiocre)

Tourner comme un ours en cage.

Fier comme un bar tabac.(Pupy)

Finir en merde de bécasse.(Mumy) (Mal finir… à verifier auprès de L’auteur…)

Une poule qui chante comme le coq n’est bonne qu’à tuer.(la femme ne doit pas prendre la place de son mari)

Tirer le diable par la queue.(Mumy) (fins de mois difficiles)

Partir la queue entre les jambes. (ne pas être fier)

Ne pas demander son reste.(Mumy) (pas fier)

N’avoir ni queue ni tête.

Être une vraie sangsue.

Payer en monnaie de singe.(Mumy) (ne pas payer)

Dormir comme une taupe.

Une chatte n’y retrouverai pas ses petits.(Mumy) (désordonné)

Ce n’est pas piqué des vers.(Pupy) (remarquable)

C’est ni tu ni vous.(Mumy) = > Sies ni tus ni vous como lo maire de branoux.(Clo)

Reprendre du poil de la bête.(Mumy) (se refaire une santé)

Montrer patte blanche.(Mumy) (respectable)

Chercher la petite bête.(Mumy)

On fait pas d’omelette sans casser des œufs.

Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.(Mumy)

Jeu de main, jeu de vilain.(Mumy)

En mettre sa main à couper.(Mumy) (sur de soi)

Tirer les vers du nez.(Mumy)

Tomber nez à nez.(Mumy)

Avoir les yeux plus gros que le ventre.(Mumy)

Être trempé jusqu’aux os.

Péter plus haut que son cul.(Mumy culte…) (prétentieux)

Couper l’herbe sous les pieds. (se faiire devancer)

Si tu sais pas quoi faire…écorche toi les jambes pour te faire ds bas rouges.(Mamie)

Si tu as faim mange ta main et garde l’autre pour demain.(Mumy)

Coûter les yeux de la tête.(Mumy) (cher)

Il fait un vent à décorner les cocus.

Il pleut comme vache qui pisse.

Faire un froid de canard.

Manger son pain blanc. (profiter du meilleur avant)

Du bois dont on fait les flûtes.(facile docile)

Filer du mauvais coton. (mauvais trip)

Mi-figue, mi-raisin.

Chercher une aiguille dans un botte de foin.

Courir sur le haricot.(Pupy)

En prendre de la graine.(Pupy) (se référer)

Se reposer sur ses lauriers.

En avoir gros sur la patate.(Pupy)

Rond comme une queue de pelle.

Raconter des salades.

Trouver chaussure à son pied.

Il vaut mieux te charger que te remplir.(rentabiliser)

Il n’est pas à prendre avec des pincettes.(de mauvaise humeur)

Si ça gagne pas ça débarrasse.(à défaut d’être utile ça n’encombre pas)

Sortir de la cuisse de Jupiter.

Ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval.

Me faire devenir chèvre.

Se moque de moi même j’y suis.

Tu perds rien pour attendre.

Être un peu saquetercanplow.

Faire tourner en bourrique.

En avoir par dessus la tête.

Ne jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même.

Mettre la main à la pâte.

Mettre les bouchées doubles.

Par monts et par vaux.

Sortir de ses gonds.

Ne pas être dans son assiette.

Voir midi à sa porte.

Tomber dans le panneau.

Épater la galerie.

Mettre de l’eau dans son vin.

Faire des pieds et des mains.

A tire-larigot. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Refaire l’unité

.

On entend tous les jours qu’à présent s’en est trop

Finissent par dérouter leurs propres sympathisants

La tache est difficile et j’entends tous ces mégalos

Sourirent sur eux qui nous dirigent à présent

.

Pourtant souvenons nous de leurs prédécesseurs

Qui ont beaucoup promis et bien peu allouer

Car eux aussi auront plus que leur successeurs

Aggraver notre dette sans trop sans soucier

.

Plus grave à présent de voir en ce malheur

Que chacun tire à soi qu’il n’y plus d’unité

Que celui qui n’a rien est toujours le voleur

Les nantis eux seront toujours bien assurés

.

En des temps difficile soyons tous vigilants

D’avoir bien à l’esprit de toujours protéger

Ceux que souvent l’on traite d’un regard méprisant

Oui les minorités devons bien les traiter

.

Il est plutôt aisé dans tout notre confort

D’avoir avis sur tout et même des convictions

Allant jusqu’à oser disposer de leur sort

Les renvoyant chez eux comme une malédiction

.

Racisme égale fléau il faut donc le combattre

Pourtant on le sait tous il engendre l’horreur

Souvenons nous de ceux qui sont venus se battre

Donnant chez nous leur vie chassant nos agresseurs

.

Peut être faut il donc simplement réfléchir

Tant d’inégalités ne peuvent perdurer

Faire que notre monde puisse à l’avenir

Partager ses richesses cultive l’amitié.

Leny.

123
 

My way with words |
Myblogmag |
Lejardinderoncesdecandy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les poèmes de Suzon
| atout voyance
| Clausd